English
RENÉ BOIVIN CPA INC.
Infolettres
Alertes fiscales

La pandémie actuelle a, parmi ses nombreuses incidences, créé un boom dans l’industrie de la rénovation résidentielle, les Canadiens se trouvant dans l’obligation d’adapter leurs maisons à des usages de plus en plus variés.


Dans la plupart des cas, la nécessité de rechercher et d’obtenir des services juridiques (et de les payer) est associée aux événements et expériences les plus fâcheux de la vie, soit un divorce, un différend sur un patrimoine familial ou une perte d’emploi. La seule chose qui atténue la douleur de payer des frais juridiques (à part, espérons-le, une résolution réussie du problème qui a créé le besoin d’un conseil juridique) serait de pouvoir demander un crédit d’impôt ou une déduction pour les frais payés.


Depuis mars 2020, des dizaines de millions de Canadiens ont reçu des prestations en cas de pandémie. Dans certains cas, ces prestations ont été reçues directement par des particuliers, généralement par le biais de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et, ultérieurement, la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE). Dans d’autres cas, des avantages ont été accordés à des entreprises, dans certains cas pour les aider à payer leur loyer ou, dans d’autres, pour subventionner les salaires des employés.


La plupart des Canadiens et Canadiennes savent que la date limite pour les cotisations au régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est 60 jours après la fin de l’année civile, soit vers la fin du mois de février. Toutefois, dans certaines circonstances, les cotisations au REER doivent (ou devraient) être effectuées au plus tard le 31 décembre afin d’obtenir les résultats fiscaux escomptés.


Décrocher un diplôme d’études postsecondaires, surtout dans le cadre d’études aux cycles supérieurs ou d’une formation professionnelle supérieure, est une avenue dispendieuse. Selon Statistiques Canada, les frais de scolarité pour des études de premier cycle s’élevaient, pour l’année scolaire 2020-2021, à 6 580 $. Les frais relatifs aux programmes d’études supérieures, en particulier pour la formation professionnelle supérieure, sont bien plus élevés et peuvent atteindre 50 000 $ par année. Par ailleurs, ces frais n’incluent pas les dépenses nécessaires liées aux manuels de cours ni les autres frais secondaires, sans mentionner les frais de subsistance, comme le loyer, le transport et la nourriture.


Il existe de nombreuses sources de revenu pour les Canadiens à la retraite. Les personnes ayant travaillé au cours de leur vie adulte auront contribué au Régime de pension du Canada (RPC) et pourront recevoir des prestations du RPC dès l’âge de 60 ans. Les personnes qui ont gagné un revenu d’emploi ou d’un travail indépendant auront aussi eu la possibilité de contribuer à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Enfin, de moins en moins de Canadiens pourront espérer retirer des prestations d’un régime de retraite de pension d’employeur.


Pour gagner une élection, les politiciens ont besoin de votes. Et pour participer à une campagne électorale, nécessaire pour obtenir ces votes, ils ont besoin d’une organisation, de bénévoles et d’argent. Beaucoup d’argent. Pour mener leur campagne électorale, les partis politiques principaux devront collecter et dépenser des millions de dollars. Collecter tout cet argent est certainement facilité par le fait que les contribuables canadiens qui donnent de l’argent à des partis politiques ou à des candidats peuvent en tirer un certain avantage fiscal.


Deux infolettres trimestrielles ont été ajoutées - l’une traite de sujets concernant les particuliers et l’autre, de sujets concernant les sociétés.